Coffre à outils de l’éducateur : manuel

sondage

Note : vous pouvez également télécharger la version pdf du Manuel en cliquant ici : version pdf du manuel du Coffre à outils de l’éducateur en TC/TGC

Introduction

Le coffre à outils de l’éducateur en TC/TGC est un guide pratique s’inscrivant dans une démarche clinique rigoureuse ayant pour but l’utilisation judicieuse de différents instruments (collecte d’informations personnelles, observations, évaluations et interventions) qui guideront l’éducateur vers les interventions les plus appropriées à mettre en place auprès des personnes manifestant des comportements problématiques. Les instruments peuvent être utilisés auprès des personnes de tout âge ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA).

À chaque étape de l’intervention, l’éducateur est accompagné dans sa démarche par des arbres de décision qui visent à identifier et à comprendre les causes de la présence de comportements problématiques chez une personne. Même si du point de vue de la personne, ses comportements problématiques sont des moyens personnels utilisés pour s’adapter à son environnement, ils représentent, malgré tout, des comportements mésadaptés au plan social et ils portent atteinte à sa qualité de vie.

La présente démarche vise à guider l’éducateur dans ses interventions afin de mettre en place des aménagements préventifs, de réduire l’escalade de comportements problématiques et d’utiliser des méthodes d’apprentissage favorisant le développement d’habiletés sociales, de stratégies d’autocontrôle et d’outils de communication efficaces et durables pour la personne. Ce coffre à outils contient également quelques techniques éducatives à employer lors d’interventions visant à réduire l’escalade des comportements problématiques et à utiliser lors des périodes d’apprentissage de la personne.

Objectifs

Ce coffre à outils a été conçu afin de :

  • Recueillir des informations générales sur la personne telles que ses caractéristiques, ses intérêts et ses goûts, de décrire les activités personnelles, scolaires et professionnelles s’inscrivant dans sa routine de vie. Ces informations visent également à dessiner le portrait de son entourage (famille, relations amicales et connaissances).
  • Recueillir des données cliniques sur les causes probables des TC/TGC observés chez la personne afin d’émettre des hypothèses explicatives qui favoriseront des interventions appropriées.
  • Recueillir des observations sur les comportements problématiques dans les différentes catégories (telles que définies dans l’EGCP-II), d’en déterminer les déclencheurs et d’apprécier les impacts et les conséquences négatives de ceux-ci sur la qualité de vie de la personne.
  • S’il y a lieu, compléter des évaluations pertinentes permettant le dépistage des problèmes de santé physique, psychologique et mentale, en lien avec la présence des comportements problématiques.
  • Recueillir et compiler des informations sur la personne au quotidien et présenter celles-ci à la rencontre de suivi des interventions (Monitoring).
  • Mesurer les interventions prescrites afin d’évaluer leur efficacité auprès de la personne (pertinence, poursuite ou arrêt de l’intervention).
  • Élaborer une programmation de jour valorisante pour la personne et s’assurer de la pérennité des outils de communication personnalisés dans les différents milieux de vie de la personne.
  • Appliquer des interventions pertinentes et efficaces tant au niveau de l’aménagement préventif que de la prévention active et du traitement des comportements problématiques (découlant des objectifs du plan d’action multimodal).
  • Appliquer divers programmes tels que ceux sur la gestion des émotions, le développement d’habiletés sociales (ex. : élaborer des scénarios sociaux contextualisés) et des moyens de communication personnalisés, l’apprentissage de techniques de relaxation. Ces programmes favoriseront un meilleur autocontrôle de la personne sur ses comportements problématiques et une meilleure participation sociale dans sa communauté.

Valeurs et approches

Vision de la globalité de la personne vs vision centrée uniquement sur les comportements problématiques

Les interventions sont guidées par la reconnaissance que chaque personne, quelle qu’elle soit, est une personne à part entière. Il est fondamental de croire en son potentiel et en sa capacité d’autodétermination. Quelle que soit sa déficience ou son niveau de fonctionnement, la personne doit jouer, un rôle actif et valorisant au sein de sa communauté. À cet égard, les interventions préconisées s’appuient sur une approche individualisée qui respecte les caractéristiques et les besoins de chaque personne. Les valeurs qui orientent les interventions tout au long de ce guide sont le respect, l’autodétermination, la tolérance et l’équité.

Le travail auprès de la clientèle ayant des TC/TGC est axé sur les besoins de la personne tout en considérant également ses forces, ses compétences, ses aptitudes et ses intérêts. Il faut d’avoir une vision globale de la personne et éviter de porter notre regard et nos énergies uniquement sur ses difficultés comportementales. Se concentrer principalement sur les manifestations des TC/TGC amène les intervenants à travailler en gestion des comportements, ce qui à long terme n’améliorera que peu la situation. Toutefois, certaines approches en matière de traitement permettent de travailler en prévention à l’apparition plutôt qu’en réaction aux problèmes de comportement. Ces approches, axées sur le traitement des TC/TGC, permettent aux personnes de développer des habiletés sociales (incluent les habiletés de communication) facilitant ainsi leur adaptation positive à l’ensemble de leurs relations interpersonnelles (gestion des émotions, résolution de problème, etc.).

Approche individuelle, approche positive, approche éducative

Afin de travailler en prévention, différentes approches sont préconisées au sein des CRDITED. Ce coffre à outils en TC/TGC a été élaboré en tenant compte des approches individuelle, positive et éducative.

Ci-après une brève description des approches à préconiser auprès des personnes :

Approche individuelle :

Cette approche vise à favoriser le développement optimal du potentiel de chacun tout en se souciant de personnaliser les interventions en fonction des forces, des intérêts, des désirs, des choix et des limites de chaque individu (Tassé, Marc J. & Morin, Diane [2003]). Lorsque la famille de la personne visée par l’intervention est impliquée dans sa vie, elle devient un élément à considérer dans l’individualisation de l’intervention. De même, pour les jeunes enfants dont le développement ne permet pas la prise de décision, les parents deviennent le principal interlocuteur de la priorisation des besoins.

Approche positive :

Cette approche met l’accent sur les comportements positifs déjà acquis et accorde moins d’importance aux comportements négatifs. Elle vise l’acquisition d’habiletés permettant la transition d’une intervention centrée sur le comportement à corriger vers une intervention davantage centrée sur la personne, son entourage et sa qualité de vie.

Approche éducative :

Très employée auprès de la clientèle DI-TED, cette approche permet l’acquisition de nouvelles habiletés et compétences qui permettront, entre autres, à la personne de se sentir valorisée et plus autonome. Le « modeling », l’imitation, le façonnement, les mises en situation et les divers outils visuels constituent quelques exemples de stratégies pouvant être utilisées. À ce propos, l’intervenant doit être sensibilisé et responsabilisé au fait qu’il joue un rôle de modèle important auprès de la personne.

Finalement, les notions de qualité de vie, d’autodétermination et de valorisation des rôles sociaux doivent teinter toutes les réflexions et les actions à poser en présence de la personne ayant une problématique comportementale. Il s’agit là d’un défi quotidien.

La version de 2013

Le présent coffre à outils est une version remodelée de la version déployée en juin 2013 dans plusieurs établissements. Il est important de reconnaître l’apport de l’équipe ayant initialement travaillé sur ce document.

Auteurs, principaux collaborateurs et autres collaborateurs

  Auteur principal :

  • Pierre Senécal, SQETGC

  Coauteures :

  • Isabelle Morin, CRDI de Québec
  • Marie‐Ève Bernard, CRDI de Québec

  Principaux collaborateurs

  • Julie Galarneau, M.Sc., orthophoniste CRDI de Québec
  • Mélanie Pilote, M.Sc., ergothérapeute CRDI de Québec
  • Francine Verret, B.Sc., sciences infirmières CRDI de Québec
  • Koralie Robitaille, B. psycho éd., spécialiste en activités cliniques CRDI de Québec
  • Sophie Chagnon, psycho éd., spécialiste en activités cliniques CRDI de Québec

  Remerciements

  • Jérémy Harvey, éducateur spécialisé CRDI de Québec
  • Marlène Simard, éducatrice spécialisée CRDI de Québec
  • Rosaire Bouchard, spécialiste en activités cliniques CRDI de Québec
  • Bianca Bélanger, M.Ps., psychologue CRDI de Québec
  • Sabrina Lamothe, stagiaire au baccalauréat en psychologie CRDI de Québec
  • Marie-Pier Legendre, stagiaire en psychoéducation CRDI de Québec
  • Jean-Yves Dufort, responsable du Centre de documentation, CRDITED de la Montérégie-Est

Merci également à tous ceux qui ont participé à l’évaluation de la version 2013 du coffre à outils, qu’ils soient membres de la Communauté de Pratique, professionnels ou éducateurs.

Les changements depuis la version initiale de juin 2013.

À la suite des commentaires reçus lors du déploiement de la version initiale, des modifications ont été apportées. La plus importante est certainement la structure du coffre à outils.

Fascicules

Tout le contenu a été fractionné et organisé sous forme de fascicules. Ces fascicules sont à la fois indépendants les uns des autres (on pourrait en consulter un seul) et interreliés (la plupart sont connectés à un ou plusieurs autres fascicules). Cela a obligé une mise en page différente et l’ajout de différentes informations (ajout des liens entre les fascicules et avec les arbres de décision).

Format web

Un autre changement important est le format de publication, soit sous format web plutôt que papier. Plusieurs raisons justifient cette décision : l’accessibilité virtuellement infinie au coffre à outils, l’assurance qu’aucun document ne sera égaré ou détruit et la possibilité de mettre à jour le coffre à outils sans devoir se préoccuper des versions antérieures qui circulent.

Bien entendu, un milieu pourrait décider d’imprimer le coffre à outils, en tout ou en partie.

Révision en cours

Le dernier changement majeur a été le retrait, pour révision, actualisation ou bonification, de certaines sections du manuel, de certains outils et de l’arbre de décision numéro 5 portant sur la prévention active (arbre dont la révision est priorisée).

Le futur du coffre à outils

Il est prévu que le coffre à outils soit révisé et bonifié périodiquement, afin d’être évolutif. Des équipes innovent tous les jours en développant des outils intéressants et pertinents. Il y a donc une volonté de rassembler, de partager ces outils et également d’offrir plusieurs options d’outils pour un même besoin (ex. : plusieurs grilles sur le même sujet).

Chaque utilisateur peut proposer une contribution au coffre à outils, qui sera considérée par le comité. À la fin du manuel, vous trouverez les coordonnées pour le faire.

Comment utiliser le coffre à outils?

Mise en garde

Il est du devoir de tout éducateur d’utiliser chaque instrument avec tout le respect dévolu à la clientèle qu’il dessert. Aussi, le jugement clinique doit toujours être présent dans toutes les étapes de cette démarche visant le mieux-être de ces personnes. Le recours à un professionnel, lorsqu’indiqué ou en cas de doute, est fortement recommandé. Il en est de même pour les considérations éthiques à garder fraîches en mémoire à chaque prestation de service. Le but ultime de ces outils est de contribuer à amener les personnes ayant une DI ou un TSA à devenir des citoyens capables de participer pleinement au développement de leur communauté respective.

Les parties du coffre à outils

Le coffre à outils contient deux types de documents : les arbres décisionnels et les fascicules. On retrouve sur les fascicules les liens vers les arbres décisionnels correspondant, et vice-versa.

Six arbres décisionnels regroupés en quatre volets

Afin d’utiliser les outils présentés dans ce coffre de façon judicieuse, des arbres de décision ont été élaborés pour guider la démarche éducative en TC/TGC. Chaque section décrit un arbre de décision particulier, lequel est un outil d’aide à la réflexion et à la décision pour intervenir adéquatement en fonction d’une situation spécifique.

Le volet « Évaluation » (arbres 1 à 4)

Dans le volet Évaluation, on retrouve les différents outils visant à mieux connaître les vulnérabilités de la personne dans divers contextes de vie :

  • des outils décrivant le portrait des comportements problématiques de la personne (ex. : EGCP-II, GECEN);
  • deux questionnaires d’évaluation qui visent à recueillir des informations cliniques sur le comportement problématique le plus important et prioritaire chez une personne dans une perspective d’analyse et d’intervention multimodales (ICP-DI et ICP-TSA);
  • des outils pour la collecte de données pour une analyse multimodale (ex. : fiche d’élaboration d’un historique du développement global de l’enfant);
  • des fiches techniques pour la collecte de données (ex. : grille d’observation des comportements problématiques [ABC] pour l’analyse de la fonction du comportement problématique);
  • des grilles pour la compilation de données (ex. : grille Sommaire à compléter pour les rencontres de Monitoring);
  • des guides pour les suivis en santé (ex. : grille de préparation pour une entrevue en psychiatrie);
  • des outils d’évaluation de traits pathologiques (ex. : inventaire du stress pour les personnes autistes ou ayant un TSA);
  • des instruments de dépistage (ex. : des personnes ayant des traits d’un trouble de personnalité limite).

Ces évaluations permettront de rédiger des recommandations dans le cadre des aménagements préventifs, de la prévention active et du traitement.

Le volet « Aménagements préventifs » (arbre 5)

Le volet Aménagement préventif regroupe les outils visant à améliorer l’environnement physique (résidentiel, scolaire, travail, milieux communautaires, etc.), la programmation (mise en place d’activités valorisantes à suivre dans la journée) ainsi que la mise à jour et la généralisation des outils de communication personnalisés dans les divers milieux de vie de la personne.

Le volet « Traitement » (arbre 7)

Le volet Traitement comprend les différents outils visant à développer des interventions pour enseigner à la personne de nouvelles habiletés lui permettant de répondre à ses besoins et qui feront obstacle à l’apparition des comportements problématiques dans son quotidien. C’est à partir de sa compréhension des recommandations, issues de l’analyse de la fonction du comportement problématique ou du plan d’action multimodal en TGC (PAMTGC), que l’éducateur déterminera les objectifs d’adaptation et de réadaptation. Dans ce volet, l’éducateur se familiarisera avec l’analyse de tâche qui décrit en détail chaque comportement nécessaire à l’accomplissement d’une habileté quelconque. Suivent quelques procédures éducatives comportementales ayant pour objectif de faciliter l’enseignement des diverses habiletés (ex. : façonnement, modelage et programmes à renforcement différentiel). Plusieurs programmes (gestion des émotions, développement d’habiletés sociales, moyens de communication personnalisés, apprentissage de techniques de relaxation) élaborés par différents professionnels y sont aussi présentés.

43 fascicules organisés en trois catégories

Catégorie « Outils d’évaluation » (E-00)

Catégorie « Outils techniques » (T-00)

Catégorie « Outils informatifs » (I-00)

Comment trouver un fascicule?

  • À partir d’un arbre décisionnel: en suivant le parcours présenté dans un arbre décisionnel, on rencontre à certains endroits les références vers les fascicules pertinents.
  • À partir de la liste des fascicules: en regardant la liste des fascicules, on peut repérer rapidement un outil qui nous intéresse.
  • À partir d’un autre fascicule: en consultant un fascicule, on peut y trouver quel(s) fascicule(s) sont en lien avec celui-ci et ainsi découvrir un autre outil.

Que retrouve-t-on sur un fascicule?

Commentaires et suggestions d’outils

Pour les situations suivantes :

  • Un utilisateur remarque une coquille, une erreur ou un lien manquant;
  • Un utilisateur a une idée pour améliorer l’utilisation intuitive du coffre;
  • Un utilisateur remarque qu’un contenu ou un outil est désuet ou bénéficierait d’une bonification;
  • Un utilisateur veut suggérer un fascicule informatif à développer;
  • Un utilisateur connaît un outil qui n’est pas dans le coffre à outils;
  • Un utilisateur utilise un outil qui diffère d’un outil présenté dans le coffre à outils, mais qui vise le même objectif;

Il peut écrire à julie.bouchard.sqetgc@ssss.gouv.qc.ca

Références

Les références suivantes ont été utiles pour un ou plusieurs fascicules.

Barker, L. (2007). The Ready Approach : Course Notes. Making Connection Inc. BCP

Bernier, S. (2003). Socio-guide : Programme d’entrainement aux habiletés sociales adapté pour une clientèle présentant un trouble envahissant du développement. CECOM, Hôpital Rivières-des-Prairies, Montréal, (Qc), www.cecom.qc.ca.

Cataix-Negre, E. (2011). Communiquer autrement, accompagner les personnes avec des troubles de la parole et du langage : Les communications alternatives. Le monde du verbe. SOLAL.

Champagne, T. (2011). Sensory modulation and Environment : Essential Elements of Occupation. Pearson : Syndney.

Côté, S., Vaillancourt, T., Leblanc, JC., Nagin, DS., Tremblay, RE. The development of physical aggression from toddlerhood to pre-adolesence : A nation wide longitudinal study of Canadian children. Journal of Abnormal Child Psychology 2006; 34(1) : 68-82.

Cress, C.J., Marvin, C.A. Common questions about AAC services in early intervention. AAC : Augmentative Alternative Communication. Vol 19 (4) Dec. 2003, pp. 264-272.

http://www.teacch.com/

Labbé, Y. & Marchand, A. (1984). Modification du comportement et retard mental. Éditions Behaviora. Eastman, Qc.

Labbé, Y. & Morin, D. (1999). Comportements agressifs et retard mental, compréhension et interventions. Éditions Behaviora. Eastman, Qc.

Miller Kuhaneck, H. & Watling, R. (2010) Autism: A Comprehensive Occupational Therapy Approach. 3e edition, AOTA Press : USA.

Mouvement Personne d’Abord du Québec Métropolitain. (2001). Guide illustré pour exprimer mes besoins. Éditions-Publication, Québec.

PECS – Le système de communication par échange d’images. Frost ans Bondy, 2000, http://www.pecs-canada.com/

Ordre des Orthophonistes et Audiologistes du Québec, www.OOAQ.qc.ca

Paradis, C. (2007). Guide d’animation Sociabilus. Centre du Florès et CECOM de l’Hôpital Rivière-des-Prairies, Montréal, (Québec), www.cecom.qc.ca.

Relaxation Jacobson, Définition : www.teluq.uqam.ca/siteweb/sante/det_fiche1.php

Tassé, J. Marc & Morin, Diane (2003). La déficience intellectuelle. Boucherville, Québec : Édition Gaëtan Morin.

Tremblay R., Hartup W. & Archer, J. (2005). Developmental origin of Aggression. Guilford Press. New-York. NY.

Tremblay, E. Richard (2012). Développement de l’agressivité physique. Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants {sur Internet}.

Yack, E., Aquilla, P. & Sutton, S. (2006) Building Bridges Through Sensory Integration. 3e Édition, Sensory Ressources : Las Vegas

Vitiello, B.&t Stoff, D.M. Subtypes of agression and their relevance to child psychiatry. Journal of American Academy of Child and Adolescent Psychiatry. 1997; 36, 307-315.