Le Positive Behavior Support et les comportements problématiques

Par Lucien Labbé, M.A., consultant et expert-conseil au SQETGC – 3 octobre 2011

 

Le Positive Behavior Support (PBS) est une « science appliquée qui utilise les méthodes éducatives pour développer le répertoire comportemental de l’individu, et qui utilise également les méthodes de changement de systèmes pour redessiner un environnement de vie personnalisé susceptible de réaliser d’abord la mise en valeur de la qualité de vie et deuxièmement, de réduire au minimum le comportement problématique » (Carr & al., 2002).

Les origines du PBS

Le PBS tire ses origines de l’analyse comportementale appliquée, du mouvement de normalisation et de valorisation du rôle social (VRS), puis des valeurs centrées sur la personne, c’est-à-dire des valeurs plaçant la dignité personnelle et l’accès à des opportunités valorisantes à l’avant-plan de cette approche.  La rencontre des besoins de la personne dans les domaines critiques de la vie est par conséquent considérée comme une priorité puisque l’hypothèse sous-jacente à l’approche est que si effectivement les besoins d’un individu sont satisfaits, alors, sa qualité de vie va s’améliorer et les comportements problématiques vont être réduits ou éliminés par la même occasion. Pour faire en sorte que ce but soit réalisable, l’approche préconise la planification centrée sur la personne, l’autodétermination et l’encadrement ou le soutien en considérant essentiel le partenariat avec la personne, les proches et la communauté.

Les principales caractéristiques du PBS

Le PBS met à l’avant-plan l’aide individuelle pour rendre possible la réalisation d’un style de vie à l’image de la personne avec en perspective l’amélioration de la qualité de vie non seulement de la personne mais aussi celle de ceux qui la soutiennent. Les multiples dimensions de la qualité de vie sont par conséquent prises en compte en évitant de mettre l’emphase sur les comportements problématiques sans toutefois les ignorer.

L’expérience a démontré que les efforts pour réaliser les changements significatifs et assurer le maintien d’une qualité de vie au travers les événements et les transitions de vie nécessitent un suivi sur plusieurs années. Tôt ou tard, les déficiences au plan des habiletés adaptatives et environnementales vont exiger la reprise ou l’intensification des soutiens. L’application du PBS est donc mesurée en termes de décades plutôt que de mois.

Puisque le PBS se pratique dans les milieux de vie réels, la centration majeure de l’approche consiste à savoir comment appliquer la science dans ces contextes et développer des stratégies qui prennent en considération la qualité de vie et les  multiples systèmes des environnements communautaires habituels. La pratique du PBS ne pourra donc pas s’exercer dans un modèle de type laboratoire et son efficacité de même que sa validité ne pourront être démontrées dans un pareil modèle. Elle exige des approches d’évaluation alternatives et émergentes de type macro-analyse qui réfèrent au focus group et à l’élargissement des unités d’analyse, à l’utilisation d’outils de mesures pratiques et aux effets des variables dépendantes molaires (globales). Ainsi, non seulement l’évaluation porte-t-elle sur le comportement problématique, mais elle  vérifie les effets des changements systémiques reliés aux réseaux d’amis, au placement au travail, au milieu de vie, aux arrangements éducatifs, aux situations de loisirs, etc., pour mieux comprendre comment ces changements influent sur la qualité de vie.

Dans ce contexte de pratique, l’intervention se conçoit au travers de multiples composantes où la personne et ses proches sont des partenaires actifs qui collaborent avec les professionnels dans un processus d’échange réciproque d’information. La personne et son réseau de soutien, les professionnels et les chercheurs sont dans ce contexte des collaborateurs.

On conviendra qu’une telle approche puisse accorder une place prépondérante à la prévention en favorisant le développement d’habiletés (ex. communication, sociales, autogestion, autocontrôle, etc.) et l’aménagement environnemental (ex. : offrir des opportunités pour faire des choix, restructurer les programmes, allouer des ressources, former le personnel). On voit que sous plusieurs angles, cette approche présente des similitudes avec l’« approche positive » développée par Fraser et Labbé (1993) et Labbé (2003).

Perspectives théoriques multiples du PBS

Outre ses assises liées à l’analyse comportementale appliquée (psychologie opérante), au principe et à l’idéal de la valorisation des rôles sociaux et aux valeurs centrées sur la personne, le PBS s’inspire d’autres perspectives en termes d’analyse et d’intervention.  Une contribution majeure apportée à la pratique du PBS provient des champs fortement interreliés de l’analyse des systèmes, puis des mouvements de psychologie écologique et communautaire. Cela vient du fait que le concept d’intervention au niveau du PBS déborde du seul individu pour s’adresser aux divers systèmes impliqués auprès de l’individu. Trois principes découlant de la psychologie communautaire sont devenus des éléments dominants du PBS. Ce sont :

      • Puisque les individus dans les milieux communautaires sont interdépendants, le changement clinique significatif survient au niveau des systèmes sociaux plutôt que seulement au niveau des individus. Pour le PBS, cela signifie que l’intervention doit porter sur le contexte problématique plutôt que le comportement problématique.
      • Le second principe représente l’idée selon laquelle le changement produit n’est pas le simple fait de l’implantation de techniques, mais plutôt la nécessité de réallouer des ressources en temps, argent et pouvoir politique. Le soutien administratif, la collaboration entre les agences, les sources de financement et, la philosophie de la mission commune représentent les variables critiques du changement.
      • Le troisième principe représente l’idée que le comportement d’un individu, qu’il soit approprié ou non approprié, est le résultat d’un processus continu d’adaptation qui reflète l’interface entre compétence (propriété de l’individu) et contexte (propriété de l’environnement). Aussi, une intervention réussie doit-elle parvenir à moduler l’ajustement entre la compétence (niveau d’habiletés) et le contexte (environnement redessiné).

Étapes du processus d’application du PBS

L’application du PBS répond à un processus rigoureux qui s’actualise au travers des étapes suivantes :

      • Construire une équipe-PBS de soutien comportemental (en partenariat);
      • Procéder à l’analyse fonctionnelle du comportement (fonctions du comportement) et à l’analyse des caractéristiques environnementales;
      • Procéder au développement d’hypothèse(s);
      • Produire un plan de développement du soutien comportemental;
      • Effectuer le suivi des résultats.

Conclusion

Le « Positive Behavior Support » est une approche développée et utilisée principalement aux États-Unis avec des enfants surtout. Elle est appliquée de façon systématique dans plus de 40 états. Puisqu’elle est fondée sur une vision préventive de l’intervention, elle s’adresse non seulement aux individus mais également aux contextes dans lesquels vivent ces individus. Elle a donné naissance à un des plus grands paradoxes dans le domaine de l’intervention auprès des personnes qui vivent avec une DI ou un TED. Il s’agit du fait que « le meilleur temps pour intervenir sur le comportement problématique est lorsque le comportement n’apparaît pas » (Carr & al., 1990).

Références principales

      • Albin, R. W., Lucyshyn, J. M., Horner, R. H., & Flannery, K. B. (1996). Contextual fit for behavior support plans. In L. K. Koegel, R. L. Koegel, & G. Dunlap (Eds.), Positive behavioral support (pp. 81-98). Baltimore: Brookes.
      • Anderson, J. L., Russo, A.,Dunlap, G., & Albin, R. W. (1996). A team training model for building the capacity to provide positive behavior supports in inclusive settings. In L. K. Koegel, R. L. Koegel, & G. Dunlap (Eds.), Positive behavioral support (pp. 81-98). Baltimore: Brookes.
      • Carr, E. G., Dunlap, G., Horner, R. H., Koegel, R. L., Turnbull, A. P. and Sailor, W., Anderson, J., Albin, R. W., Koegel, L. K., Fox, L. (2002). Positive Behavior Support: Evolution of an Applied Science. Journal of Positive Behavior Support. 4, 4-16.
      • Carr, E. G., Robinson, S., & Palumbo, L. W. (1990). The wrong issue: Aversive versus nonaversive treatment. The right issue: Functional versus nonfunctional treatment. In A. Repp & N. Singh (Eds.), Perspectives on the use of nonaversive and aversive interventions for persons with developmental disabilities (pp. 361-379). Sycamore, IL: Sycamore Publishing Co.
      • Carr, E. G., Robinson, S., Taylor, J. C., & Carlson, J. I. (1990). Positive approaches to the treatment of severe behavior problems in persons with developmental disabilities: A review and analysis of reinforcement and stimulus-based procedures. Monograph of the Association for Persons with Severe Handicaps, 4.
      • Dunlap, G., Hieneman, M., Knoster, T., Fox, L., Anderson, J., & Alvin, R. W. (2000). Essential elements of inservice training in positive behavior support, Journal of Positive Behavior Interventions, 2, 22-32.
      • Fox, L., Duda, M. A. (2002). Positive Behavior Support. Technical Assistance Center on Social Emotional Intervention for Young Children.
      • Fraser, D., Labbé, L. (1993). L’approche positive de la personne…une conception globale de l’intervention. Laval: Édition Agence d’Arc et les Éditions de la Collectivité.
      • Horner, R. H., & Carr, e. G. (1997). Behavioral support for students with severe disabilities: Functional assessment and comprehensive intervention. Journal of Special Education. 31, 84-104.
      • Horner, R. H., Dunlap, G., Koegel, R. L., Carr, E. G., Sailor, W., Anderson, j., Albin,, R. W., & O’Neill, R. E. (1990). Toward a technology  of “nonaversive” behavioral support. JASH, 5(3), 125-132.
      • Hugues, C., Hwang, B., Kim, J. H., Eisenman, L. T., & Killian, D. J., (1995). Quality of life in applied research: A review and analysis of empirical measures. American Journal on Mental Retardation, 99, 623-641.
      • Kincaid, D. & Fox, L. (2002). Person-centered planning and positive behavior support. In S. Holburn & P. Vietze (Eds.), Person-centered planning: Research, practice, and future directions (pp. 29-49). Baltimore: Paul H. Brookes Publishing Co.
      • Meyer, L. H., Evans, I. M., (1989). Non Aversive Intervention for Behavior Problems: A manuel for home and community.  Baltimore: Paul H. Brookes.
      • O’Neill, R. E., Horner, R. H., Albin, R. W., Sprague, J. R. Storey, K., & Newton, J. S. (1997). Functional assessment and program development for problem behavior: A practical handbook. Pacific Grove. CA: Brooks/Cole.
      • Wehmeyer, M. L., Kelchner, K., & Richards, S. (1996). Essential characteristics of self-determination behavior of individuals with mental retardation. American Journal on Mental Retardation, 100, 632-642.

Références complémentaires

Albee, G. W. (1996). Revolution and counterrevolutions in prevention. American Psychologist, 51, 1130-1133.

Albee, G. W. (1998). The politics of primary prevention. The Journal of Primary Prevention, 19, 117-127.

Baer, D. M., Wolf, M. M., Risley, T. R. (1968). Some current dimensions of applied behavior analysis. Journal of Applied Behavior Analysis, 1, 91-97.

Brault-Labbé, A., Labbé, L. (2010). Questionnaire d’évaluation de la qualité de vie et de planification du soutien à offrir : Validation finale. Revue francophone de la déficience intellectuelle, volume 21, 134-141.

Bronfenbrenner, U. (1989). Ecological systems theory. In R. Vasta (Ed.), Anals of child development (Vol. 6, pp.187-249). Greenwich, CT: JAI Press.

Browder, D. M. (1997). Educating students with severe disabilities: Enhancing the conversation between research and practice. The Journal of Special Education, 31, 137-144.

Carr, E. G., Horner, R. H., Turnbull, A. P., Marquis, A. P., Magito-McLaughlin, D., McAtee, M. L., Smith, C. E., Anderson-Ryan, K., Ruef, M. B., & Doolabh, A. (1999). Positive behavior support for people wih developmental disabilities: A research synthesis. Monograph of the American Association on Mental Retardation.

Carr, E. G., Levin, L., Mc Connachie, G., Carlson, J. I., Kemp, D.C., & Smith, C. E. (1994). Communication-based interventions for problem behavior: a user’s guide for producing behavior change. Baltimore: Paul H. Brookes.

Clark, H.B., & Hieneman, M. (1999). Comparing the wraparound process to positive behavioral support: What we can learn. Journal of Positive Behavior Interventions, 1, 183-186.

Gardner, W. I., Cole, C. L., Berry, D. L., & Nowinski, J. M. (1983). Reduction of disruptive behaviors in mentally retarded adults: A sef-management approach. Behavior Modification, 7, 76-96.

Hieneman, M., Nolan, M., Presley, J., De Turo, L., Roberson, W., & Dunlap, G. (1999). Facilitator’s guide: Positive behavioral support. Positive Behavioral Support Project, Florida Department of Education.

Johnston, J. M., Foxx, R. M., Jacobson, J. W., Green, G., and Mulick, J. A. Positive Behavior Support and Applied Behavior Analysis. The Behavior Analyst. 2006;29(1): 51-74

Knoster, T. P., Villa, R. A., & Thousand, J. S. (2000). A framework for thinking about systems change, In R. A. Villa & J. S. Thousand (Eds.), Restructuring for caring and effective education (pp. 93-138). Baltimore: Brookes.

Koegel, L. K., Koegel, R. L., & Dunlap, G. (1996). Positive Behavior Support. Baltimore: Paul H. Brookes.

Labbé, L. (2003). L’approche positive : un modèle global et intégratif d’intervention. Dans M. J. Tassé et D. Morin. Déficience intellectuelle. Boucherville: Gaëtan Morin.

Lewis, T. J., & Sugai, G. (1999). Effective behavior support: A systems approach to proactive schoolwide management. Focus on Exceptional Children, 31, 1-24.

Nickels, C. (1996). A gift from Alex—The art of belonging: Strategies for academic and social inclusion. In L. K. Koegel, R. L. Koegel, & G. Dunlap (Eds.), Positive behavioral support (pp. 123-144). Baltimore: Brookes.

Nietupski, J., Hamre-Nietupski, S., Curtin, S., & Shrikanth, K., (1997). A review of curricular research in severe disabilities from 1976 to 1995 in six selected journals. The Journal of Special Education, 31, 36-55.

O’Brien, J., Mount, B., & O’Brien, C. (1991). Framework for accomplishment: Personal profile. Decatur, GA: Responsive Systems Associates.

Reeve, C. E., & Carr, E. G. (2000). Prevention of severe problem behavior in children with development disorders. Journal of Positive Behavior Interventions, 2, 144-160.

Sailor, W. (1996). New structures and systems change for comprehensive positive behavioral support. In L. K. Koegel, R. L. Koegel, & G. Dunlap (Eds.), Positive behavioral support (pp. 163-206. Baltimore: Brooks.

Schwartz, I. S., & Olswang, L. B. (1996). Evaluating child behavior change in natural setting: Exploring alternative strategies for data collection. Topics in early Chilhood Special Education, 16, 82-101.

Smull, M. W., & Harrison, S. B. (1992). Supporting people with severe retardation in the community. Alexandria, VA: National Association of State Mental Retardation Program Directors.

Sugai, G., Horner, R. H., Dunlap, G., Hieneman, M., Lewis, T. J., Nelson, C. M., Scott, T., Liaupsin, C., Sailor, W., Turnbull, A. P., Turnbull, NH.R., & Wickham, D. (2000). Applied positive behavior support and functional behavior assesment in schools. Journal of Positive Behavior Interventions, 2, 131-143.

Turnbull, A. P. (1998). The challenge of providing comprehensive support to families. Education and Training in Mental Retardation, 23, 261-272.

Wehmeyer, M. L. (1999). A functional model of self-determination: Describing development and implementing instruction. Focus on Autism and Other Developmental Disabilities, 14, 53-61.

Wolfensberger, W. (1983). Social role valorization: A proposed new term for the principle of normalization. Mental Retardation, 21, 234-239.

Version PDF