PROCESSUS AUDIS – Prévenir le suicide chez les personnes présentant une DI ou un TSA

Carte non disponible

Date/Heure
Date(s) - 20 Oct. 2020 au 21 Oct. 2020
9:00 AM - 4:30 PM

Emplacement

Catégorie(s)


Le contexte

L’incidence exacte des comportements suicidaires chez les personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA) n’est pas connue. Cependant, en fonction des résultats des études recensées, il semblerait que l’incidence des tentatives de suicide et des comportements de verbalisation suicidaire soit plus importante que celle de la population générale et ce, particulièrement pour les personnes ayant une DI légère ou un TSA.

Bien que cette problématique apparaisse bien réelle dans la littérature scientifique, les experts croient qu’une banalisation de ce phénomène est présente dans les milieux, ce qui est susceptible d’entraver la mise en place de mesures préventives et d’interventions.

(Texte provenant de Comprendre et prévenir le risque suicidaire chez les personnes présentant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme : consultation d’experts; Rapport faisant état de travaux conjoints du CRISE-UQÀM et du CRDITSA de Montréal).

Mais avons-nous les outils et les connaissances nécessaires pour intervenir sur les manifestations associées au suicide en DI et TSA ?

 La description

Le Processus Autisme, déficience intellectuelle, suicide (AUDIS) a été développé par Cécile Bardon à partir des résultats d’un projet de recherche et d’une recherche postdoctorale (Intervenir auprès des personnes suicidaires présentant une DI ou un TSA).

AUDIS-Estimation est constitué d’un ensemble d’outils conçus pour informer et soutenir la décision clinique quant au risque suicidaire. Il a été développé de manière collaborative pour répondre, à court, moyen et long termes, aux besoins des personnes présentant une Dl ou un TSA et aux besoins des milieux de la réadaptation et de l’intervention. Le Processus AUDIS-Estimation intègre des approches cliniques courantes utilisées dans le milieu de la Dl et du TSA, en particulier l’analyse fonctionnelle du comportement.

AUDIS-Intervention vise à soutenir la prise de décision  quant  aux  interventions  à privilégier pour aborder ou traiter différents aspects de la suicidalité (danger, risque, facteurs de risque et de protection, option suicide, troubles mentaux, etc.) et ce, en fonction des résultats de l’estimation du risque suicidaire (AUDIS-Estimation).

Les objectifs

  • Identifier les besoins et les pratiques de prévention du suicide en déficience intellectuelle et en autisme
  • Se familiariser avec le Processus AUDIS chez les personnes ayant une DI ou un TSA
  • Développer ses compétences afin d’intervenir auprès des personnes ayant une DI ou un TSA et des manifestations associées au suicide

Le public cible

Cette formation s’adresse aux intervenants ainsi qu’aux professionnels travaillant auprès de personnes présentant une déficience intellectuelle ou un  TSA qui sont ciblés par leur établissement pour y devenir formateurs.  Ceux-ci doivent d’ailleurs s’engager à s’inscrire à la formation de formateurs qui se tiendra le 18 février 2021.

Les formatrices

Cecile BardonCécile Bardon, Ph. D.

Cécile Bardon est professeure au département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), directrice associée au Centre de recherche et d’intervention sur le suicide, enjeux éthiques et pratiques de fin de vie (CRISE) et chercheure à la Chaire de déficience intellectuelle et troubles du comportement (DITC) de l’UQAM.

Elle a obtenu son doctorat en psychologie en septembre 2014. Sa thèse examinait l’impact des suicides par train et des autres incidents ferroviaires graves sur les employés de chemin de fer au Canada. Elle a aussi co-signé, en 2014, plusieurs rapports scientifiques avec le professeur Brian Mishara sur ce thème.

Cécile Bardon travaille actuellement, à titre de co-chercheure, sur deux projets de recherche impliquant divers acteurs des milieux de pratique et communautaire. Le premier projet est subventionné par l’Institut de recherche Robert Sauvé en santé et sécurité au travail – IRSST et porte sur l’évaluation des pratiques de soutien après un incident critique ferroviaire au Canada. Le second projet, subventionné par les Instituts de recherche en santé du Canada – IRSC, vise à mieux comprendre et à estimer le risque suicidaire chez les personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Le transfert et l’application des connaissances sont des objectifs importants pour cette chercheure qui s’est impliquée dans le développement et l’animation de diverses activités de diffusion et de transfert de connaissances en prévention du suicide, ainsi que dans des travaux de modélisation de l’application des connaissances avec la Chaire d’étude sur l’application des connaissances auprès des jeunes et des familles en difficultés de l’UQAM.

Longtin_VVéronique Longtin, Ph. D.

 Riche d’une expérience professionnelle variée dans le domaine de l’intervention, développée tant aux services communautaires, que dans des établissements du réseau et en solidarité internationale, Véronique s’investit maintenant depuis 15 ans auprès des personnes présentant une DI ou un TSA et manifestant un TGC. En tant que conseillère experte en TGC au SQETGC, elle collabore à l’élaboration  de cadres de référence, de lignes directrices, de formations et d’outils favorisant le développement des meilleures pratiques en TGC. Elle a collaboré à la rédaction de plusieurs ouvrages, dont le Protocole d’identification des personnes présentant une DI ou un TSA et manifestant un TGC, le Cadre de référence soutenant le déploiement du Plan de transition en TGC et de son processus, les Activités de jour valorisantes : définition et recommandations pour l’intégration des personnes manifestant un TGC et l’Analyse et intervention multimodales en troubles graves du comportement : Lexique et Grille.

Elle s’intéresse aux transitions de milieux de vie (changement de ressources d’hébergement) depuis 2008. Cet intérêt, développé sur le plan professionnel et actualisé en recherche, s’appuie sur le désir de favoriser des transitions de milieux de vie plaçant la personne et sa famille au centre du processus de changement, dans le but d’améliorer la qualité des services. Sa thèse portant sur les transitions de milieux de vie dans la communauté des personnes présentant une DI, identifie une typologie des transitions mettant en lumière les expériences vécues par les personnes elles-mêmes, ainsi que par les intervenants les soutenant dans ce processus.

Ses autres intérêts professionnels se situent sur le plan des troubles de santé mentale, des syndromes génétiques et de la mesure des impacts des interventions spécialisées sur la réduction des TGC. Elle soutient activement les CISSS et les CIUSSS dans la collecte de données provinciale annuelle des composantes essentielles du Guide de pratique en TGC permettant d’évaluer le niveau d’implantation de ces pratiques spécialisées auprès de la population TGC du Québec.

Rébecca B-Bergeron2Rébecca B. Bergeron, Psy.D.

 Rébecca Beaulieu Bergeron est détentrice d’un doctorat en psychologie clinique de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Durant ses études doctorales, sous la supervision de la professeure Diane Morin, elle a effectué des travaux portant sur les attitudes des enfants du primaire à l’égard des personnes ayant une déficience intellectuelle. Elle a également travaillé à la construction et à la validation d’un outil psychométrique mesurant les attitudes de la population générale à l’égard de la déficience intellectuelle.

Rébecca Beaulieu Bergeron a été psychologue depuis près de 10 ans au centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissant du développement (CRDITED) de Montréal (CIUSSS Centre-Sud). Elle travaille auprès de personnes ayant une déficience intellectuelle (DI) et/ou un trouble du spectrde l’autisme (TSA) et présentant des troubles de santé mentale. En tant que psychologue, elle effectue de l’évaluation (DI, TSA, santé mentale) et offre des services de psychothérapie. Elle offre aussi de la formation ainsi que du soutien clinique auprès des équipes multidisciplinaires.

À partir de janvier 2013, elle est chargée de cours au DESS en déficience intellectuelle de l’UQAM et depuis janvier 2020, conseillère en TGC au SQETGC où elle collabore au développement de formations et d’outils favorisant le développement des meilleures pratiques en TGC.

Les dates

Cette formation aura lieu à distance, le 20 et 21 octobre 2020 de 9 h et 16 h 30.

Les modalités

La formation sera offerte sur la plateforme Zoom.

Les participants pourront y assister à partir de leur ordinateur, qui devra être doté de haut-parleurs, d’un micro et d’une caméra fonctionnels.

La participation active de chacun sera requise, afin de favoriser l’intégration des connaissances.

Les informations de connexion et la documentation à imprimer seront envoyées environ une semaine avant le début de la formation.

Les coûts

Aucun déboursé n’est requis, conformément à l’entente de financement du SQETGC.

L’inscription

Pour s’inscrire, il suffit de remplir le formulaire apparaissant plus bas au plus tard le 4 octobre 2020.

Les places sont limitées et le SQETGC se réserve le droit de favoriser la participation d’un maximum d’établissements en restreignant le nombre d’inscriptions d’un même CISSS ou CIUSSS.

Des questions?

N’hésitez pas à communiquer avec Sophie Choquette, agente à la formation au SQETGC

 
Québec

© Gouvernement du Québec, 2018